Pourquoi Imbolc est mon sabbat préféré…

Quand j’étais plus jeune, je trouvais ça hyper cool les personnes nées le 31 octobre ! « Ouah, elles sont nées le jour d’une fête de sorcières » c’est ce que je me disais, et ça m’inspirait tellement de classe. A cette époque je connaissais déjà l’existence d’Imbolc, et j’étais déjà née un 1er février (ça parait évident). Mais j’avais jamais fait le rapprochement des deux…

Et puis un jour, j’ai eu un flash, j’étais née à Imbolc. Je suis une fille d’Imbolc bordel ! Pardon mais, si c’est pas la classe ça ?

Tu va me dire « C’est bien de me raconter ta vie, et j’ai bien noté que c’est ton anniversaire, je cours t’acheter du beurre de cacahuète ou du fromage, mais bordel, c’est quoi Imbolc ? »

En plein coeur de l’hiver, sous le froid et la neige, Imbolc est comme une lumineuse lanterne au milieu d’une vaste étendue blanche. Célébré entre le 1er et le 2 février dans notre hémisphère, c’est un sabbat, à mon sens hyper doux puisqu’il fait quitter tranquillement la saison sombre et son lot d’introspection, pour se tourner vers le retour imminent du printemps et l’éclosion de la terre. Bref, pré-printemps en fait !

Ok, on se gèle les miches, c’est pas encore officiellement le printemps mais on en a jamais été aussi proche au cours de ce cycle ! Les journées rallongent de plus en plus (et ça tu peux pas dire que tu le vois pas), les premiers bourgeons apparaissent, la terre se réveille tout doucement, comme moi un lundi matin (lundi is the new dimanche) !

Imbolc invite donc à célébrer le retour du soleil en plein coeur de l’hiver, le soleil froid, encore lointain mais que l’on voit se rapprocher petit à petit. On symbolise ce retour de la lumière en allumant des bougies partout chez soi, genre, sans modération !

Si l’on se situe à mi-chemin entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps, Imbolc pousse à libérer son espace physique et spirituel, en terminant ce que l’on a commencé, en vidant ses placards, ou en se débarrassant de ce dont on a plus besoin à tous les niveaux. On fait place à la nouveauté, aux projets naissants et on prépare la venue prochaine du printemps.

On se purifie également des miasmes de l’hiver avec de l’encens, des tisanes et autres potions pour avoir la forme d’ici le printemps. Bref, on fait le ménage en soi, sur soi et chez soi, pour y voir clair dans sa vie et dans le cycle présent.

Et si tu vois toujours pas pourquoi c’est mon sabbat préféré, je vais quand même te le dire : parce que c’est mon anniversaire…

Laisser un commentaire