Le VAKOG en Communication Animale

Le VAKOG, ça ressemble à un nom de plat exotique qui arrache la g*ueule.

Ou à un nom de figure de patinage artistique tellement hard que tous les athlètes l’éviteraient pour ne pas perdre des points en se rétamant sur la glace.

En réalité, le VAKOG, c’est simplement un acronyme pour parler de nos canaux sensoriels : Visuel – Auditif – Kinésthésique – Olfactif – Gustatif.

Je choisis de lever le mystère sur ce mot compliqué pour toi aujourd’hui parce que cette Nouvelle Lune en Poisson nous invite à la reconnexion à soi. Et quelle meilleure passerelle que nos 5 sens pour nous relier la réalité de la matière ?

Si le VAKOG a une place de choix dans ma pratique de l’hypnose pour amener le consultant à changer de niveau de conscience et accéder à son inconscient, c’est pourtant de sa place centrale dans la Communication Animale dont j’aimerais te parler.

Ndlr (j’ai toujours rêvé d’écrire ça) : la Communication Animale, c’est une façon très intuitive de rentrer en communication avec nos animaux. Pas tout à fait comme dans les Disney quand même.

Grâce au VAKOG, c’est à dire grâce à nos 5 sens, nous sommes capables d’entrer en communication avec nos animaux. Ou plutôt, grâce à nos 5 “extra” sens qui sont le prolongement de nos 5 sens. On parlera ici de claire-voyance, de claire-audience, de clair-ressenti, de claire-olfaction et de claire-saveur. Quand nous établissons un lien avec un animal dans le but de recevoir ses messages, c’est bel et bien par le VAKOG que celui-ci nous transmettra les informations qu’il souhaite porter à notre attention.

  • Visuel : les animaux peuvent nous envoyer des images, des souvenirs sous forme de petites séquences de film, des couleurs, de la lumière, des symboles
  • Auditif : ils nous partagent des bruits, des sons, de la musique parfois, et même des mots, ou des phrases, que l’on entend à l’intérieur de nous
  • Kinesthésique : ici, on parle de ce que l’on ressent avec le corps. Et souvent, on pense directement à la douleur, à la gêne. Mais ce n’est pas que ça. C’est aussi l’impression de marcher dans de l’herbe humide, la sensation d’une chaleur qui se diffuse dans notre dos, l’impression de recevoir une caresse entre les deux oreilles
  • Olfactif : les odeurs, les senteurs, les effluves, que les animaux partagent avec nous
  • Gustatif : c’est la partie la moins marrante, je ne sais pas si tu connais le goût d’une souris crevée ?

Or, nous avons tous un sens prédominant. Près de la moitié de la population serait visuelle, quand entre 15 et 30% des individus seraient auditifs ou kinesthésiques.

La PNL utilise les mouvements oculaires pour déterminer le sens prédominant d’une personne. Mais il est pourtant très simple de s’en apercevoir autrement, et notamment, dans sa façon se s’exprimer.

  • “Je vois ce que tu veux dire, rajoute un peu de valériane dans le chaudron Monique.”
  • “J’entends ce que tu me dis » (quand tu débats sur la suprématie des coupes sur les épées avec ta pote)
  • “Je ne la sens pas du tout cette Nouvelle Lune, heureusement Mercure a fini de rétrograder”

Pourtant, notre sens prédominant n’est pas forcément celui qui nous sera le plus utile en version “extra sens”, et donc, en Communication Animale. Et il en va de même pour nos animaux.

De fait, il peut s’avérer utile de développer nos autres sens si on envisage de se lancer dans la Communication Animale, ou d’en améliorer sa pratique.

Pour cela, je t’invite à un petit exercice. Choisis une chanson, si possible en français, à moins que tu ne sois xénoglotte (cette fois, je te laisse chercher dans le dictionnaire. Indice, ce n’est pas le nom d’un batracien bizarre, ça, ce sont les axolotes.)

Plus de 3 images vectorielles gratuites de Axolote et de Axolotl
Coucou

Ecoute-la une première fois, et demande-toi si tu t’es d’avantage concentré.e sur :

  • les images évoquées par la chanson ?
  • les mots de la chanson ?
  • les sensations nées de la chanson ?

Et réécoute-là encore deux autres fois, au regard des sens que tu as le moins sollicités la première fois.

Alors, quel sens as-tu utilisé spontanément lors de la première écoute ?

Etait-ce facile de t’ouvrir aux deux autres ensuite ?

Laisser un commentaire