Une communication assertive, des relations sincères et une affirmation de soi bien ancrée

Ça y est, l’été est là ! 🙂 On arrive dans les mois où on sort plus, on fait la fête, des barbecues… Bref, on sociabilise à fond !
Et ce n’est pas toujours simple d’avoir des relations saines et authentiques, en famille ou avec ses amis. Parfois, nous manquons de tact, ou nous nous cachons derrière un masque social par protection, nous sentons que la communication avec certaines personnes sont plus dures qu’avec d’autres, cela manque de fluidité et de transparence, ou tout simplement de sincérité.

Côté pro, ma reconversion a été en partie due à une volonté d’avoir des relations plus sincères avec les personnes avec qui je travaille, et de pouvoir les choisir.
Heureusement, durant mes années de salariat, je me suis fait de super collègues, avec qui je pouvais me confier, être authentique et avoir une relation de confiance. C’est grâce à cela que j’ai tenu si longtemps d’ailleurs !
Mais la plupart du temps, les relations étaient fausses, de part une hiérarchie pyramidale où la coopération et la confiance mutuelle n’était pas toujours au rdv. Pouvait s’ajouter à cela les commérages, ces « langue de pute » qui passaient leur journées à la machine à café à critiquer intel, ou à fouiner le moindre ragot pour l’envenimer. J’avoue avoir fait partie de ça, car j’étais dans la spirale négative du « râlement quotidien ». Et j’ai dit stop !

As-tu lu le livre « Les quatre accords Toltèques » de Don Miguel Ruiz ?

Les quatre accords tolteques

Je te le conseille vivement si tu ne l’as pas déjà lu ! Et même de le relire car il paraît qu’on ne le voit pas de la même manière car on évolue sans cesse.
Je l’ai lu pendant ma période de transition pro lorsque je suivais ma formation de coach.
Depuis, j’essaie autant que possible de me rappeler ces 4 accords dans mes relations :

  1. Que ta parole soit impeccable
  2. Quoi qu’il arrive, n’en fais pas une affaire personnelle
  3. Ne fais pas de suppositions
  4. Fais toujours de ton mieux

Pendant ma formation, nous avons abordé le thème de l’assertivité.
Cela m’a énormément servi et m’a permis d’avoir des billes lorsque la communication devient tendue avec quelqu’un, que ce soit dans le pro ou le perso.
Mais d’ailleurs, tu connais l’assertivité ? C’est l’affirmation de soi tout en respectant autrui.
Le terme assertivité vient du mot anglais « assertiveness » qui signifie : « Expression libre de toutes émotions vis-à-vis d’un tiers à l’exception de l’anxiété ».
L’assertivité propose des stratégies efficaces pour résoudre des problèmes de communication et pour régler des conflits. Ces stratégies sont utiles au quotidien.
L’assertivité, c’est une attitude, une manière d’occuper pleinement ta place dans la relation, tout en respectant ton interlocuteur.
En prenant parti clairement, en osant dire non tout en exprimant ce que tu désires, de manière constructive, responsable, gagnant-gagnant, tu clarifies la communication, tu établis une relation saine malgré la différence de point de vue, et tu définis des limites claires. Tu évites les malentendus, les non-dits, les reproches, la plainte, la frustration et la distorsion du message que tu envoies à l’autre. Et tu te mets dans une position de collaboration, de confiance, d’ouverture et de disponibilité.

Comment respecter autrui en se respectant soi-même ?
Voici les différentes étapes lorsqu’on doit gérer un reproche qui nous est fait :

➔ ÉCOUTE
Ton interlocuteur a une raison pour se manifester ainsi : laquelle ?
Demande-lui de t’exposer son point de vue.
Laisse la personne s’exprimer jusqu’au bout. Prends connaissance du message.
Tenter de reprendre le contrôle de la communication, argumenter ou, pire, faire taire votre interlocuteur ne résoudrait rien et ne ferait qu’augmenter l’insatisfaction de part et d’autre.
➔ ACCUEILLE
« J’ai entendu ce que tu me dis. »
➔ REMERCIE
« Et je te remercie de partager ceci avec moi »
➔ REFORMULE
« Donc, tu me dis que je fais, dis, …, d’une manière qui ne te convient pas. »
➔ VÉRIFIE
« C’est ça ? » Et vous attendez le « oui ».
➔ COMPRENDS
Demande les critères de base de ce point de vue, connecte-toi avec le messager :
« Est-ce que tu peux me préciser ce qui te fait penser, ressentir, expérimenter cela… ? »
➔ VALIDE
« Selon tes critères, je comprends que tu penses, ressentes, expérimentes…ceci. »
➔ SI TA POSITION DIFFÈRE : OSE L’AFFIRMER
Ta disponibilité n’implique pas la négation de toi-même : tu ne sera plus ni authentiquement présent dans la relation ni aussi efficace.
Dire ce que tu as à dire, ce n’est pas te soulager de la tension en te défoulant, en agressant, en te moquant, en te justifiant, en faisant entendre raison ou en imposant ton point de vue à l’autre : c’est exprimer avec fermeté ta position.
Fais des « messages-je »
Prends la responsabilité de tes affirmations : « J’ai un point de vue différent sur ceci…, le voici. »
Dans un contexte perso, ce pourra être :
« Je me sens en colère, frustré(e), menacé(e), …, parce que je me dis que… »
À la place de dire à quelqu’un : « tu m’énerves. », dis plutôt : « Ce que tu dis m’énerves. »
▪ Je nomme la situation
▪ Je nomme mon émotion
▪ Je dis comment je l’interprète : « j’ai l’impression que tu veux me décourager. »
J’ai différencié la personne de son comportement,
✓ je me responsabilise,
✓ je ne donne pas le pouvoir à l’autre de me faire sentir comme ceci ou comme cela,
✓ je récupère mon pouvoir,
✓ je suis dans une dynamique de communication.
En gros, tu exprimes ce qui, pour toi, est acceptable ou non.
➔ GÈRE LE RETOUR
Il est nécessaire de rester présent pour écouter, accueillir le retour de l’interlocuteur… et d’éventuellement recommencer ce processus jusqu’à la résolution du conflit.
➔ ORIENTE-TOI SOLUTION
L’assertivité a permis de repartir sur de bonnes bases relationnelles.
« Comment pourrions-nous négocier un terrain d’entente ? »
« À quelle solution penses-tu ? »

Je pourrais encore parler de l’assertivité pendant des heures !!
Ce cheminement est en fait de l’affirmation de soi.

C’est quoi l’affirmation de soi ? C’est être au clair avec soi-même, ses envies.

Estime de soi, confiance en soi et affirmation sont intimement liées.

L’estime de soi est la reconnaissance de sa propre valeur (regard que l’on porte sur soi) : elle représente combien je me juge valable (rapport entre notre ambition idéale et notre réussite réelle).
La confiance en soi est la reconnaissance de ses propres compétences : elle représente combien je me considère capable. Elle est lié à nos actes (réussites et échecs). Le moteur de la confiance en soi c’est l’action.
L’affirmation de soi, c’est être au plus près de soi dans son comportement face aux autres afin de nouer des relations acceptables basées sur une confiance lucide.
Cela recouvre la capacité de prendre sa juste place dans la relation à autrui, d’exprimer sereinement ses opinions, ses valeurs, ses émotions, ses besoins et ses compétences et de les faire respecter le cas échéant. Cela suppose de se considérer comme aussi important que l’autre. Elle représente combien j’ose être moi-même, simplement et sans écraser l’autre.

Si tu oses agir, tu vas gagner en confiance en toi. Si tu te sens capable et que tu réussis ce que tu entreprends, l’estime de toi-même va grandir.
Inversement, si tu as une faible estime de toi-même, alors les autres vont te sembler plus importants que toi, et par voie de conséquence, tu ne vas pas oser agir et ta confiance en toi ne pourra pas se renforcer.
Ainsi, l’affirmation de soi augmente la confiance en soi et améliore l’estime de soi.

Cet article est déjà bien lonnnnnng donc je vais résumer 🙂
L’affirmation de soi (ou assertivité) fait de nous des adultes responsables, acteurs de notre vie. Elle favorise ainsi l’accès à la liberté. Oser être soi-même, c’est se respecter en étant fidèle à ses émotions, à ses besoins et à ses valeurs. De nombreuses techniques issues des théories comportementales (comme je vous ai décrit plus haut par exemple) nous donnent un cadre qui facilite l’expression de soi et ainsi nous permettent de formuler une demande, d’oser refuser, d’exprimer une émotion… de façon ferme et dans le respect de notre interlocuteur. Cette attitude nous ouvre la voie vers des relations durables, plus saines et plus sereines avec notre entourage. Elle maximise également nos chances d’atteindre nos objectifs tout en maintenant un lien de confiance pérenne.

Pour finir, je te donne une ref d’un autre bouquin qui est bien foutu sur le sujet :
« S’affirmer même quand on manque de confiance en soi » de Yves-Alexandre Thalmann

S'affirmer même si on manque de confiance en soi

Alors, où tu te situes par rapport à tout ça ? Comment sont tes relations et comment communiques-tu ?
Tu veux aller plus loin sur l’assertivité et l’affirmation de toi-même ?
Contacte-moi !
A bientôt !
Anne-Laurie